logo sepolympic logo sep logo resisprint

RESISPRINT INTERNATIONAL

homepic

 

 

EDITION 2017 - TROIS RECORDS DE SUISSE ET DES PERFORMANCES MONDIALES

 

L’édition 2017 du Résisprint International a été une fois encore d’un niveau particulièrement élevé avec au bilan trois records suisses et plusieurs performances dignes des meetings de la “Diamond League”.

 

Deux athlètes ont confirmé qu’ils sont traditionnellement à l’aise sur la piste de La Chaux-de-Fonds. Léa Sprunger d’abord, qui signait un moment historique de l’athlétisme suisse en battant le vieux record suisse d’Anita Protti sur 400 mètres en 51’’09. Ensuite, Isaac Makwala (Botswana) a remporté le 400 m et le 200 m avec un panache qui lui avait valu une meilleure performance mondiale en 2015 assortie d’un record d’Afrique du 400 m. A la demande de Swiss Athletics le 4 x 100 m. ajouté au programme a aussi été un moment fort de la réunion avec le record de Suisse féminin M23 grâce à des passages exemplaires.

 

Le public s’est particulièrement enthousiasmé pour les sauts à partir desquels le Résisprint a haussé encore le niveau. Au saut à la perche la Zurichoise Angelica Moser (championne du monde M20) a battu le record suisse M23 en franchissant 4m60. Un concours de longueur d’une exceptionnelle qualité chez les hommes avec l’Autralien Henry Frayne mesuré à 8m21 alors que le Brésilien Tiago Da Silva retombait à 8m00. Chez les féminines, la classe mondiale assortie du record du Résisprint avec l’Australienne Naa Anang mesurée à 6m68. Le triple saut des filles ne fût pas en reste avec la spectaculaire cubaine Roja Liuba Zaldivar mesurée à 13m95 (vent favorable). L’Olympic a encore eu le plaisir de voir David Favre  expédier pour la première fois son javelot à 50m62.

 

Le traditionnel apéritif VIP rassemblait une quinzaine d’anciens athlètes qui, dans les années 1960, avaient donné à l’Olympic une impulsion nationale. Cette sympathique réunion a été honorée par Mme Katia Babey, conseillère communale, M. Jacques-André Maire, conseiller national et M. Gilles Jaquet, chef du Service cantonal des Sports. Laurent Meuwly, entraîneur national, et Jean-Pierre Egger, deux personnalités de l’athlétisme suisse, ont su intéresser l’assemblée quant aux buts recherchés par les athlètes helvétiques sur la scène internationale en 2017.

 

 

 

 

 

Importance et particularité du résisprint international


GENESE – En 1980, L’Olympic a décidé de marquer la couverture en matière synthétique des installations d’athlétisme du Centre Sportif de La Chaux-de-Fonds par un meeting relevé avec invitation de quelques athlètes renommés. Il fût décidé d’inviter le Français Philippe Houvion qui avait perdu son record du monde du saut à la perche. Cette présence avait attiré une belle brochette de spectateurs. C’est pourtant le champion suisse du 100 mètres Franco Fähndrich qui a taillé la réputation de piste rapide en battant d’entrée le record suisse en 10’’38, avant d’abaisser son record en finale avec 10’’37. Une internationale française Odile Madcaud battait ses trois records personnels 100 m., 200 m, longueur. Ses performances rapportées dans « L’Equipe » ont incité les meilleurs sprinters français, à venir établir des records personnels. Actuellement ce sont les athlètes des cinq continents qui fréquentent le Résisprint International.


REFLETS POUR LA REGION – Chaque année la liste mondiale des performances comporte plusieurs noms d’athlètes qui ont réalisé leur meilleur référence à La Chaux-de-Fonds. A chaque édition les managers et entraîneurs délèguent des athlètes du meilleur niveau mondial, sacrifiant parfois des engagements plus juteux avec l’espoir d’un record personnel à mieux négocier ensuite.